Michael Bièche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mickaël Bièche grandit à Varces, en Isère, où il passe toute sa jeunesse à rêver de basket US, Jerry Seinfield, Jim Carrey, des Inconnus et des arts de la scène. Le théâtre, il le découvre à l’âge de sept ans au centre social de varces (38), un mardi, le 25 septembre 1990. Depuis ce jour, il ne se passera pas un samedi soir, un mois, une année sans qu’il ne foule les planches d’un théâtre. Un coup de foudre, une passion, une envie; être comédien. Diplômé d’un Bac ES et d’un Bts ACO, il court se former au conservatoire d’art dramatique de Grenoble ainsi qu’au cours du soir à la ligue d’impro38. Après trois ans de formation intense et d’analyses délicates du théâtre et de l’improvisation, un stage d’impro au Quebec, il rentre au célèbre cours Simon posant ses valises à Paris, pour trois ans. Trois années durant lesquelles, pour vivre de son art, il oscillera entre les métiers de vendeur au magasin Disney Store des Champs Elysées, animateur du beach soccer tour de Joël Cantona sur les plages de France, journaliste people pour Worldream Pictures. Et enfin comédien, jouant sur les scènes de l’Opéra Bastille au Summum de Grenoble. Mais l’ascension était trop belle, une chute le ramènera à la réalité…
Dernière représentation à l’Opera Bastille à Paris de « Pirate des Caraïbes », Mickaël chute lors d’un combat à l’épée. Son partenaire de jeu continue le combat pensant que Mickaël, allongé sur les planches, propose une nouvelle interprétation de la scène… De cette chute naîtra un sketch. Une envie surgit, celle de faire rire. Il apprend alors les mécanismes du rire grâce à Bergson et les techniques de l’humour auprès des auteurs américains tels que Greg Dean et Steve Kaplan. A 25 ans, avec un genou tout neuf, il se lance dans l’humour et se forme dans les scènes ouvertes parisiennes, le Trévise, le Chinchman, le Café Oscar… Il joue et signe avec une boite de production qui lui promet monts et merveilles. Mais la réalité le rattrape, les actionnaires ne souhaitent plus investir dans le spectacle vivant… Mickaël comprend les rouages du métier et décide de prendre un peu de recul sur la vie d’artiste, il s’évade au Club Med en tant qu’animateur pendant une saison, au bout de 6 mois on lui propose de mettre à jour certains spectacles humoristiques au siège du Club à Lyon, une opportunité. Depuis ce jour, une nouvelle idée est née : créer des soirées « café théâtre » sur Grenoble ! Il quitte alors le Club Med, Paris et revient dans sa ville qu’il aime tant pour fonder le Grenoble Comedy Show, le premier collectif d’artistes humoristes, magiciens, slameurs professionnels et amateurs en Isère. Un lieu, une troupe, une scène où la nouvelle génération peut s’entraider et s’exprimer sur les planches sans pour autant être connue du grand public.
Entre temps le monde de la radio l’intrigue, c’est alors qu’il saisit l’occasion de devenir animateur dans la matinale sur l’antenne de Hot Radio à Grenoble. Cette convenance le mènera plus tard sur les ondes de France inter dans l’émission de Charline Vanhoenacker. Et c’est seulement en 2011, qu’il fait un choix, celui de penser à lui en écrivant son premier one man show « Le secret du bonheur » avec lequel il gagnera des nombreux prix en festival. Un spectacle qui aura vu le jour grâce à ces collaborateurs, Simon Farley, Benjamin Farley, Corine Gonon et Arnaud Maillard. Une performance dans laquelle il manipule le stand up, les personnages, les imitations de dessin animés et l’art de la répartie. Après 180 dates à travers la France et un passage au Québec, des premières parties d’artistes tel que Jarry, Fred Testo ou Olivier De Benoist, comme une mise à jour, il décide d’écrire seul son deuxième spectacle dont la sortie est prévue en juin 2017.

Mickaël, fortement attaché à sa région, fonde le premier festival nouvelle génération d’humour et de magie dans le Vercors à Villard de Lans. Le Villard Comedy Show. Avec en tête d’affiche pour la première édition en 2016 : Guillermo Guiz, David Coven, Kevin Micoud, Céline Frances, Jean Lou De Tapia… Mickaël c’est aussi un grand amateur de ski et de gastronomie, il est à ce jour l’ambassadeur du ski en décalé et parrain de la gastronomie en Isère.

 

Alors voici une petite interview de tous les artistes et nous commencons par le Talentueux Mickael Bièche :

Comment es tu arrivé dans l’univers théâtral?
“Je me suis fait piqué quand j’avais 7 ans ! Il fallait me soigner de la timidité ! La piqure fut tellement profonde que depuis mes 7 ans je vis et pense théâtre ! C’est le classique qui m’a été administré au début, Molière, puis Feydeau, puis Stanislavski et enfin les inconnus ! J’ai du alors prendre la tangente et me diriger vers la comédie pour délaisser la dramaturgie des mes cours du conservatoire et cours Simon. Humoriste voilà le résultat de 28 ans de cure ! Mais je reste un comédien avant tout ! “

Pourquoi participer à des tremplins et pourquoi participer à cette 1ère édition?
“Pourquoi ? Parce qu’on mange de la tropezienne et qu’on est bien reçu ! Mais surtout parceque cela permet de rencontrer d’autres artistes, un nouveau public et des organisateurs formidables ! Le tremplin c’est le coup de pied au cul donné par tes parents ! C’est ce qui va lancer ta carrière ou du moins te faire évoluer. “

Quel bilan fais tu de cette édition?
“Un bilan très positif ! J’en suis déjà nostalgique ! Des liens se sont créés avec l’équipe de Artist&Co. J’ai gagné un public, des amitiés et le droit de revenir (il me semble) !!! On a été très bien accueillis, tout était en place, la comm était parfaite ! C’était presque trop bien !! On a envie de faire partie de la deuxième édition ! “

Quelle est ton actualité?
“Je termine le nouveau spectacle avec mon metteur en scène Thomas Sagnard, prévu pour début janvier. Nous jouons avec Maxime Ubaud notre duo le 15 novembre à la basse cour. Puis nous enchainons le 1er décembre à Vif, le 9 décembre à St Jean de Chepy…et moi je serai sur scène tout le mois de avril à Lyon, le 20 janvier en Ardèche..mais toutes les dates sont sur mon site internet : www.mickael-bieche.com ou sur ma page Facebook. “